Lautresite, le jour, 17 juin 03
 


 

En ce jour du mardi 17 juin 2003. Le borgne de cet aveugle est son roi. L'avocat Michel Delacroix a défendu Jean-Marie Le Pen. L'avocat Michel Delacroix a défendu Robert Faurisson. L'avocat Michel Delacroix a défendu Léon Degrelle. L'avocat Michel Delacroix défend toujours Daniel Féret, président à vie du front national belge. L'avocat Michel Delacroix a été condamné à une année de prison avec sursis pour détention d'armes. L'avocat Michel Delacroix se présente faussement comme le vice-président de la Ligue Braille. L'avocat Michel Delacroix est aveugle. L'avocat Michel Delacroix deviendra demain sénateur coopté dans la Chambre haute de mon pays de bonne humeur. Il y a quelques encablures de temps de cela — c'était l'un de ses fameux 8 mai que l'on passe à la moulinette de la disponibilité des édiles, c'est-à-dire que cela devait se dérouler, en fait, un 9 ou un 10 mai —, on vit le président à vie du front national belge se glisser dans la petite troupe qui faisait cortège de monuments aux morts en flammes mémoriales d'une jolie commune collinaire du sud de Bruxelles. L'on jugea la situation suffisamment scandaleuse pour fendre la petite foule et s'en aller dire son fait au président à vie du front national belge.

Et le prier, sans délai, de quitter ce défilé où l'on avait reconnu, aussi, le drapeau des anarchistes espagnols de 36. L'on s'en tint aux mots, mais la situation dégénéra. C'est-à-dire que cela fit quelque bruit. Quelques-uns se retournèrent en tête du cortège, là où figurent les élus en écharpe, et vaguement offusqués, en appelèrent au silence. Cette réaction fut la seule répartie sensible des municipalistes démocratiques devant lesquels marchait la fanfare. De quoi l'on peut déduire que l'aveugle et le borgne, au front national, ne prospèrent, finalement, que grâce à la surdité consentie des démocrates. L'avocat Michel Delacroix est féru de littérature hitlérienne. Sans doute faudrait-il lui rappeler que les aveugles aussi tombaient sous le coup de la loi nazie du 26 juin 1933 (cinquante ans dans quelques jours) sur la prévention de la progéniture héréditairement malade et de ses suites, qui conduisirent à la stérilisation d'environ 400.000 personnes. Il a de la chance, Michel Delacroix, d'être aveugle néo-nazi par des temps démocrates. Sur les bancs du Sénat, ce ne serait pas de trop que certains sourds prennent la parole pour le lui dire.