Lautresite, le jour, 11 juin 03
 

 

 

Lautresuite 11.06.03 (8) L'antenne grecque d'Amnesty internationale a épinglé Athènes pour sa gestion du cas d'un réfugié turc en grève de la faim depuis plus de trente jours. Selon l'organisation de défense des Droits de l'homme, le dossier montre qu'il a été détenu et torturé en Turquie et qu'il doit de ce fait bénéficier du statut de réfugié politique.

Lautresuite 11.06.03 (9)
Dans le débat sur la question des retraites faisant actuellement rage en France, le Front National a souligné le lien existant entre retraites et immigration. Le parti a une nouvelle fois réclamé l'instauration de la préférence nationale en matière d'emploi déclarant "Les immigrés d'aujourd'hui sont les chômeurs de demain et les retraités d'après-demain ; l'immigration, c'est le chômage des étrangers qui s'ajoute aux retraités français". Le secrétaire général du FN, Carl Lang, ajoutant que "si les millions de Français au chômage retrouvaient un travail dans les cinq prochaines années, l'équilibre des cotisants-retraités serait maintenu".

Lautresuite 11.06.03 (10) Lundi après-midi, près de deux mille cinq cents personnes ont signé un manifeste demandant leur condamnation pour "délit de solidarité" à l'égard d'un étranger en situation irrégulière. Cette action se voulait un acte de solidarité avec deux Calaisiens, Moustache et Jean-Claude Lenoir, poursuivis pour "aide à l'entrée au séjour irrégulier d'un étranger, en bande organisée".

 

Les deux hommes risquent dix ans de prison pour avoir hébergé des clandestins vivant dans la rue mais surtout pour avoir prêté leur identité pour permettre aux réfugiés, sans papiers et sans compte en banque, de recevoir de l'argent de leurs familles. Selon l'accusation, cet argent aurait permis à certains de payer des passeurs pour faciliter leur passage vers la Grande-Bretagne. Il s'agirait pour le magistrat de protéger les deux hommes contre eux-mêmes : "Ils ne savent pas dire non aux pressions".

Lautresuite 11.06.03 (11)
Le projet de loi réformant le droit d'asile a été adopté en première lecture, le cinq juin dernier, par l'Assemblée nationale française. Le ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, a déclaré que le nouveau dispositif offrira "une meilleure protection à ceux qui la méritent" en réduisant les délais d'instruction à deux mois et en recentrant les procédures à un guichet unique, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). La gauche a voté contre le texte estimant "qu'il ne répond pas au principe de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948". Le communiste, André Gerin, a jugé "inadmissible d'engager une réforme en présumant de la mauvaise foi des demandeurs, qui constitueraient un vecteur d'immigration irrégulière, et en insistant sur le poids économique de leur prise en charge". Si le ministère de l'Intérieur n'a pas obtenu la cotutelle de l'Ofpra, les décisions de l'Office et les documents d'État civil ou de voyage seront néanmoins transmis à la Place Beauvau pour faciliter l'éloignement des demandeurs déboutés. La nouvelle loi devrait entrer en vigueur en 2004.

  Lautresuite 11.06.03 (12) Léandre Chevalier, Paul Rosner et Patrick Herman, tous trois passagers sur le vol Paris-Bamako, programmé le premier avril dernier par la compagnie Air Méditerranée, passeront le vingt-trois juin prochain devant la dix-septième chambre du tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Ils risquent cinq ans de prison ferme et trente-sept mille cinq cents euros d'amende pour "entrave volontaire à la circulation ou à la navigation d'un aéronef". Rappelons les faits : alors qu'ils gagnaient leurs places à bord du vol Paris-Bamako, Léandre Chevalier et Paul Rosner se sont aperçus qu'au fond de l'avion étaient retenues quatre personnes, les mains entravées dans le dos et encadrées par une dizaine de policiers. C'est au moment où des cris de plus en plus forts se seraient fait entendre et que des policiers paraissaient frapper un expulsé, que Paul Rosner se serait approché pour prendre des photos. Les policiers lui auraient immédiatement saisi l'appareil photo. Ensuite, ils seront débarqués manu militari et placés en garde-à-vue durant plus de vingt heures. En vue du procès, un collectif s'est constitué soutenu par plusieurs associations telles que la Confédération paysanne, Droits devant!!, SUD-Éducation, France-Libertés et le Gisti. Pour en savoir plus, se connecter sur le site : http://soutienpl.free.fr