Lautresite, le jour, 6 juin 03
 

L'observatoire,
c'est là ou
nous recensons,
avant de
les analyser,
les faits
et événements
qui, en Europe, participent des glissements
vers le
populisme.

Un répertoire hebdomadaire

   

Pays-Bas : scandales à répétition pour la Ligue arabe européenne (06/06/03)
Établie aux Pays-Bas depuis décembre dernier, l'AEL connaît de plus en plus de difficultés. Tout d'abord, Mohamed Cheppih, homme de vingt-six ans formé en théologie à la Mecque, pressenti pour prendre la présidence de l'antenne néerlandaise de l'AEL a retiré in extremis sa candidature. Ses déclarations incendiaires sur la permissivité des Néerlandais en matière sexuelle et de stupéfiants ou contre le mariage homosexuel avaient provoqué l'inquiétude. Son respect affiché pour Oussama Ben Laden et ses positions favorables aux châtiments corporels avaient achevé de le discréditer. La Ligue arabe européenne a également été confrontée récemment à différents scandales. Tout d'abord, fin avril, des responsables du bureau politique du parti avaient été impliqués dans une affaire d'ordinateurs volés. Par la suite, certains membres de l'AEL s'étaient fait remarquer lors des célébrations de la fin de l'occupation allemande des Pays-Bas en scandant des propos antisémites et en brûlant un drapeau israélien. Finalement, c'est Abou Jahjah, fondateur et président de l'AEL en Belgique, qui occupera la direction de l'antenne batave. Son ambition est la participation de sa formation aux prochaines élections de 2006. Le programme de la branche hollandaise du parti a été arrêté : appel au boycott de "l'entité sioniste Israël", triplement de la taxe sur l'alcool, fermeture des coffee-shops, la fête du mouton comme jour férié national et la possibilité de chômer lors des fêtes islamiques.

  Italie : tempête au quotidien Corriere della Serra (06/06/03)
Le Corriere della Sera, institution journalistique italienne fondé en 1876, vient de perdre soudainement son directeur Ferruccio De Bortoli, démissionnaire pour raisons personnelles. Depuis, le quotidien serait assailli de mails et de fax de lecteurs en colère. Dimanche, le journal n'a pas paru suite à une grève décidée en signe de protestation contre "les ambiguïtés des propriétaires du journal" et "le manque de transparence" au cours du remplacement du directeur. De Bortoli sera remplacé par Stefano Folli, éditorialiste unanimement apprécié, responsable de la politique intérieure à la rédaction romaine du journal. Si Silvio Berlusconi a déclaré : "Nous n'y sommes pour rien. Je garantis qu'il n'y a eu aucune intervention de notre part", certains commentateurs soulignent que "S'il n'avait pas déplu à Silvio Berlusconi, De Bortoli serait toujours à son poste". Rappelons que le Corriere della Sera n'est pas en odeur de sainteté dans les cercles du pouvoir berlusconien. Sa position antiguerre en Irak, la manière dont le journal a couvert "l'affaire SME" et la mise en examen du chef du gouvernement avaient particulièrement agacé l'entourage de Silvio Berlusconi.



  France : persona non grata à Evian (06/06/03)
Les inquiétudes de certains avant le G8 sur l'existence de listes noires de personnes indésirables au sommet d'Evian pourraient s'avérer réalistes. Plusieurs organisations anti-G8 ont interpellé le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, après que quatre journalistes de la chaîne de télévision du mouvement des Désobéissants italiens "Global TV" ont été interdits d'entrée sur le territoire français, mercredi vingt-huit mai dernier.

Belgique : hausse de la criminalité au cœur de Liège (06/06/03)
Pour enrayer la criminalité dans le quartier du Carré à Liège —une personne est morte et cinq autres ont été blessées suite à des tirs de Kalachnikov jeudi dernier —, les mesures sécuritaires vont être intensifiées. La police et le conseil communal projettent le déploiement d'un plus grand nombre d'agents et l'installation d'un réseau serré de caméras de surveillance. Les autorités de la ville attendraient également beaucoup du P90, une arme de guerre fabriquée par la FN (Fabrique Nationale) qui devrait prochainement équiper la police. Les forces de l'ordre attendraient l'autorisation du ministère de l'Intérieur pour pouvoir les utiliser.