Lautresite, le jour, 26 mai 03









Liens

Communs



Ceci n'est pas une utopie, puisque le lieu est nommé. C'est une affaire de géographie, de toponymie, un peu d'onomastique aussi. C'est une façon de se déplacer dans le monde. C'est une carte aveugle, un jeu de pistes, un parchemin trouvé.
Aujourd'hui : la rue Ordener. Par Thierry Kübler.





Nous voulons (oui, oui, oui) "la suppression du nombril sur toutes les peintures et sculptures représentant Adam et Ève, pour la bonne raison que le premier homme et la première femme n'avaient pas de mère". Avril 1898, les palissades de la butte Montmartre et de Pigalle accueillent d'étranges affiches à l'occasion des élections législatives. Et même si le souci piscicole transparaît dans les déclarations placardées en revendiquant gaillardement "l'agrandissement du bassin de la place Pigalle, trop étroit pour l'élevage de la morue", ce n'est pas un poisson d'avril mais bel et bien le programme électoral de Georges Braindibourg. Échotier au "Courrier français", l'un des canards les plus déchaînés de la Belle époque, Braindibourg vit dans un atelier délabré du haut de la rue Ordener, un taudis de bric et de broc, d'où il reconstruit le monde tel qu'il devrait être.