Lautresite, le jour, 16 mai 03
 

L'observatoire,
c'est là ou
nous recensons,
avant de
les analyser,
les faits
et événements
qui, en Europe, participent des glissements
vers le
populisme.

Un répertoire hebdomadaire

   


France : la surveillance électronique permettra des économies ! (16/05/03)

Le député UMP des Ardennes, Jean-Luc Warsmann, a rendu, la semaine dernière, au ministre de la Justice un rapport sur "les mesures alternatives à la détention, les modalités d'exécution des courtes peines et la préparation des détenus à la sortie de prison". Il ressort de ce document que le recours à la surveillance électronique permettrait à l'État de réaliser d'importantes économies. En effet, la surveillance électronique reviendrait à vingt-deux euros par jour contre soixante pour un détenu en maison d'arrêt. Ce mode de surveillance devrait donc être étendu à tout le territoire français d'ici 2005, avec trois mille places effectives.



France : aujourd'hui, le racolage même passif mène en prison (19/05/03)
Le tribunal de Bordeaux a condamné, le neuf mai dernier, une prostituée kosovare à deux mois de prison ferme pour "racolage passif". La jeune femme, interpellée dans la nuit du six au sept mai, a été immédiatement placée sous mandat de dépôt et incarcérée à la prison de Gradignan.

 
France : premiers revers pour les nouvelles lois Sarkozy (16/05/03)

Nicolas Sarkozy avait fait, il y a quelques semaines, du racolage dit "passif" un nouveau délit passible de deux mois de prison ferme et de 3750 euros d'amende. Les premières applications de la loi sont plus que chaotiques. Lundi cinq et mardi six mai dernier, cinq prostituées interpellées dans le cadre de la loi anti-racolage ont été relaxées par le tribunal correctionnel de Paris. Le juge a estimé les éléments à charge insuffisants et les enquêtes policières trop vite expédiées. La répression accrue des prostituées, confrontées à une multiplication des contrôles et arrestations de toutes sortes, a déjà des effets sur les usages en vigueur dans la profession. Les prostituées auraient tendance à déserter le trottoir au profit de lieux plus discrets : chambres de bonnes, salons de massage, bars à hôtesses. Les associations actives sur le terrain de la prostitution craignent que ce passage à la clandestinité ait des conséquences néfastes sur la sécurité des intéressé(e)s ainsi que sur le travail d'accompagnement social et sanitaire. Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, le dix-huit mars dernier, plus d'une centaine de prostituées auraient déjà été interpellées.


 
Belgique : l'ancien directeur général de l'enseignement obligatoire de la Communauté française condamné (16/05/03)

Jacky Leroy, ancien directeur général de l'enseignement obligatoire de la Communauté française, a été condamné, le huit mai dernier par le tribunal correctionnel de Bruxelles, à trois mois de prison avec sursis et une amende de 495 euros pour "outrage et rébellion à l'égard d'un juge et de deux policiers". Son délit : avoir refusé de communiquer à une juge d'instruction une liste "confidentielle" permettant d'identifier l'établissement fréquenté par un mineur d'âge. Selon Jacky Leroy, cette liste devait permettre aux policiers de localiser des enfants clandestins et leurs parents. Pour les syndicats, l'accès de la police à cette liste, risquerait de "pousser les écoles à refuser des élèves, soit les obliger à ne pas les déclarer tous. Avec le risque, comme pour cet établissement bruxellois qui compte plus de 75 pour cent de clandestins, de se retrouver avec une équipe pédagogique et des locaux ridicules au regard du nombre réel d'élèves. Les leaders syndicaux du secteur enseignement ont en outre affirmé qu'il n'était "pas question que les enfants servent, dans les écoles, de chèvres pour piéger leurs parents".