Lautresite, le jour, 16 mai 03
 
"L'homme, après une semaine de chasteté absolue, observée également par la femme, quitte le domicile à midi. Il va jusqu'à Ulm, ville distante de 20km et revient sans s'arrêter dans aucune auberge. La semaine précédant son retour, la femme ne travaille pas et mange copieusement, elle dort beaucoup et évite toute fatigue. La conception a lieu dès que l'homme a terminé sa marche. L'enfant à naître est toujours un garçon" : voici la méthode, basée sur une coutume locale, préconisée par Himmler pour que les familles allemandes engendrent des enfants mâles, garants de la survie de la race aryenne. Hier, en Belgique, on apprenait la naissance du premier enfant dont le sexe a été choisi par ses parents. La manipulation et la sélection des spermatozoïdes ont été réalisées par le professeur Comhaire, à Gand. L'enfant, né en février, est une fille.



Le 16 mai 1997, Joseph-Désiré Mobutu prenait les chemins de l'exil où la mort le rattrapera cinq mois plus tard. Depuis, le Zaïre est redevenu Congo. La région des Grands Lacs ne se sort pas de l'héritage pourri du mobutisme. Ces temps-ci, la Belgique fait place aux artistes congolais. Ce n'est pas un hasard : la mise en lumière de la culture de l'ancienne colonie est, aujourd'hui, encouragée comme jamais. On ne s'en plaindra pas.


Expo 1. La peinture, haute en couleur, de Chéri Samba avait, il y a quelques mois, pris place sur les murs du quartier Matongue à Ixelles. Une rétrospective plus large de son œuvre est actuellement exposée au Musée royal de l'Afrique centrale, à Tervuren, jusqu'au 28 septembre prochain.


Expo 2. L'Hôtel de Ville de Bruxelles (Grand Place) présente, quant à lui, quatorze autres artistes peintres congolais parmi lesquels Sim Simaro, Ange Kumbi ou Chéri Chérin. Ici aussi couleurs et métaphores historico-politiques au programme, jusqu'au 14 septembre.


Expo 3. À la Galerie Bortier (rue Saint-Jean - 1000 Bruxelles), on change résolument de support. Ici, point de peinture mais de la photographie. Le lieu expose les clichés d'Etienne Kikolo qui explore le Kinshasa d'aujourd'hui.