Lautresite, le jour, 13 mai 03







Les


dauphins


ivres




Il habite Antwerpen, enfin il réside à Anvers.
Anvers est cette ville de Belgique dont on peut croire qu'elle sera peut-être bien le centre des élections législatives du 18 mai prochain.
Il y a toutes sortes d'extrémistes là-bas et des élus locaux qui font des fariboles.
Pierre Duys fait cela, d'accompagner une campagne en comptant les arbres et les forêts.
Ses carnets seront publiés quotidiennement, d'ici à ce que nous sachions vraiment quoi faire d'Anvers, à la fin. Par Pierre Duys
 












Episode 5



Il y a quelques jours, je suis entré dans un café « marocain », le Marhaba. Au coin de la rue où pousse la maison fleur que j’habite depuis une lune. Les portes-fenêtres, en façade, éclosent de nervures harmonieuses d’un bois souple peint en vert. Des balconnets massifs, en pierre bleue, articulent le rythme longiligne et racé de cette demeure agréable.

Des briques blanches. C’est de l’Art Nouveau sans fioritures, pas égosillé. Donc, un café « marocain », au coin, au rez-de-chaussée d’un immeuble blanc, simplissime dans sa facture, haut de quatre étages. « Marocain », c’est-à-dire qu’il ne s’y trouvait que des gens "d’origine marocaine". C’est cette sorte de mots à guillemets sournoisement associés qu’on ouït, qu’on noie, dans nos régions grasses. Mais il paraît, tristement, aussi jusque bien au-delà.