Lautresite, le jour, 8 mai 03







Les


dauphins


ivres




Il habite Antwerpen, enfin il réside à Anvers.
Anvers est cette ville de Belgique dont on peut croire qu'elle sera peut-être bien le centre des élections législatives du 18 mai prochain.
Il y a toutes sortes d'extrémistes là-bas et des élus locaux qui font des fariboles.
Pierre Duys fait cela, d'accompagner une campagne en courant entre les arbres et les forêts.
Ses carnets seront publiés quotidiennement, d'ici à ce que nous sachions vraiment quoi faire d'Anvers, à la fin. Par Pierre Duys
 











Episode 2

On dit d’Anvers, qui est l’un des plus anciens et des plus importants port du monde, en tonnage et transit journaliers, qu’elle cultive depuis toujours une tradition d’acceuil et de tolérance envers les voyageurs, les étrangers. La diversité ceuillie au gré des sens ne dit pas le contraire. Mais à l’écoute des brailleurs de fond, à la lecture des slogans électoraux, en vue du vote du 18 mai 2003, l’acceuil semble à présent plus frileux. « Les Flamands d’abord », slogan éminament facho, est devenu une base du discours de (presque) tous les partis. (Sauf Agalev, verts).

Des antipathies fluctuent à la surface des fleurs de mots ratissés au fond de salines saumâtres, a-politiques et aventurières, par des opportunistes, des cyniques, des sans projet. Je veux dire sans autre projet que celui de glaner une pousse de pouvoir, si possible pour longtemps, au sommet du top, sourd et muet sur des desseins inavouables.