Lautresite, le jour, 25 avril 03
   

 

Bauhaus, Weimar, un 25 avril.

Appelé pour succéder à Henry Van de Velde (architecte et designer belge, Anvers 1863 – Zurich 1957) à la tête de l’École des Arts et Métiers de Weimar que ce dernier avait fondée en 1906, Walter Gropius accepta à la condition de pouvoir y réorganiser l’enseignement des Beaux-Arts. Le 25 avril 1919, il crée "Das Staatliche Bauhaus Weimar" (La Maison d’Etat du Bâtiment de Weimar) en regroupant l’Ecole des Arts et Métiers et l’Ecole supérieure du Design qu’il installe dans les bâtiments construits par Van de Velde.
D’emblée, Gropius annonce ses intentions : "Nous voulons créer une nouvelle corporation d’artisans qui ne connaîtront plus cet orgueil de classe qui érige un mur dédaigneux entre les artisans et les artistes. Il nous faut vouloir, imaginer, travailler en commun au nouvel édifice de l’avenir, qui unira harmonieusement architecture, sculpture et peinture. Cet édifice s’élèvera par les mains de millions d’ouvriers, dans le ciel futur, emblème cristallin de la nouvelle foi en l’avenir (Manifeste du Bauhaus).



Les principes fondateurs sont ceux de William Morris, poète, dessinateur, réformateur britannique du 19ème siècle et membre du mouvement Arts and Crafts : l’art doit répondre aux besoins de la société et la distinction entre artistes et artisans est dépassée. L’école soutient que l’art et l’architecture doivent pouvoir s’adapter tant aux nécessités qu’à l’influence du monde industriel moderne.
L’époque est celle de la préfabrication : on construit en série des éléments répétitifs. Le préfabriqué engendre la sérialité qui n’est autre que la multiplication de l’unité à l’identique. Presque simultanément à la création du Bauhaus, naissent les expériences du constructivisme en Russie et de De Stijl en Hollande. L’art abstrait est interprété comme une réduction du langage à ses données objectives, une "nécessité de concret". Mondrian soutient, dans le premier numéro de la revue De Stijl, que l’art n’est rien d’autre que la conscience de l’époque.