Lautresite, le jour, 24 avril 03
 

 

 

pour défaut de papier, la fermeture des centres de rétention, l'abrogation des lois Pasqua, Debré, Chevènement et Sarkozy, l'abrogation de la double peine et le respect du droit d’asile. Le départ est fixé à 14 heures, à la Place du 18 juin 1940 à l'angle de la rue de Rennes.

Lautresuite 23.04.03 (8) Mardi dernier, quelques dizaines de sans papiers de différentes nationalités ont occupé, à l'appel de la Coordination nationale des Sans Papiers (CNSP), le consulat du Sénégal à Paris. Par cette action, ils entendaient protester contre les "charters de la honte" et réclamer un engagement du gouvernement sénégalais pour qu'il fasse respecter les conventions internationales interdisant les expulsions massives. Rappelons que la semaine dernière, le président Abdoulaye Wade a conclu un accord avec le ministre français de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, sur la participation de policiers sénégalais aux expulsions par charter vers Dakar. Le Sénégal pourrait également, selon le CNSP, se transformer en un "vaste Sangatte bis à ciel ouvert, lieu de rétention de sans papiers des pays voisins du Sénégal avant leur expulsion vers le Mali, la Guinée Bissau, la Gambie, la Mauritanie ou la Guinée.

  Lautresuite 23.04.03 (9) La fermeture du centre de la Croix-Rouge de Sangatte n'a pas réglé la question des réfugiés dans la région du Pas-de-Calais. Malgré l'éloignement des nouveaux arrivants (entre vingt et trente par jours) vers d'autres régions de France, le problème de leur accueil dans le Calaisis se fait toujours cruellement sentir. Les associations qui viennent en aide à ces réfugiés dénoncent "une répression policière scandaleuse". Les arrestations massives, coups, insultes et menaces auraient tendance à s'intensifier. Les membres de ces collectifs seraient, eux aussi, de plus en plus souvent sujets à des pressions exercées par les forces de l'ordre.

Lautresuite 23.04.03 (10) Confronté à un sérieux problème de surpopulation carcérale, le ministre belge de la Justice, Marc Verwilghen, a proposé, hier, le renvoi de quatre cents détenus étrangers vers leur pays. Ces prisonniers seraient principalement originaires d'Europe de l'Est.

Lautresuite 23.04.03 (11) La police a interpellé, hier, une quarantaine de clandestins qui habitaient chez des personnes habitant la ville de Calais. Ces arrestations ont été effectuées alors que la police procédait à une commission rogatoire pour rechercher des passeurs.
  L'une des personnes hébergeant des sans papiers, membre du Collectif de soutien d'urgence aux réfugiés, à elle aussi été entendue. Charles F. a été mis en examen pour "aide à l'entrée ou au séjour irrégulier d'un étranger, en bande organisée", délit passible de dix années de prison. Selon ses proches, il se limitait à permettre chaque jour à quelques sans papiers à la rue de prendre une douche, un repas et d'avoir un toit pour la nuit. Lors de son interpellation, huit personnes logeaient à son domicile.

Lautresuite 24.04.03 (12) Une manifestation s'est tenue hier, à l'appel de l'association Droit au logement (DAL), devant la préfecture de police de Paris. Rassemblant une centaine de familles, l'opération visait à protester contre la hausse des expulsions locatives avec concours de la force publique dans la capitale. Encore au nombre de six cent vingt-sept en 1995, les ménages évincés de leurs logements ont été mille cinq cents l'an dernier. Selon Jean-Baptiste Eyraud, président du DAL, "on assiste à un durcissement des pouvoirs publics contre les pauvres et les mal-logés". La préfecture de Paris aurait depuis quelque temps rompu les ponts avec les associations qui venaient défendre les dossiers des familles en très grande difficulté.