Lautresite, le jour, 18 avril 03
   

 

Discours de Clement Attlee, Premier ministre de Grande-Bretagne, à l'occasion de la première séance plénière de l'Organisation des Nations-Unies, Londres, 10 janvier 1946.
"J'ai la certitude profonde que nos efforts aboutiront au succès de l'Organisation des Nations Unies. Les erreurs du passé ont été pour nous une leçon. L'ancienne Société des Nations souffrait d'un grand nombre d'imperfections, dont la plupart étaient peut-être dues au fait que deux grandes nations, les États-Unis d'Amérique et l'Union des Républiques socialistes soviétiques, n'avaient pas participé aux premières étapes de sa constitution. Aujourd'hui, le monde est plus uni que jamais. De plus, la constitution de la nouvelle Organisation est essentiellement réaliste, en ce sens qu'elle prévoit la sanction de la force pour assurer le règne du droit. (...) Finalement, précisons bien notre but final. Ce n'est pas seulement la négation de la guerre, mais la création d'un monde de sécurité et de liberté, d'un monde régi par la justice et la loi morale. Nous voulons affirmer la prééminence du droit sur la force et de l'intérêt général sur les buts égoïstes et les intérêts particuliers". (…) "Il faut que l'Organisation des Nations Unies devienne le facteur prépondérant de la politique étrangère.

Après la première guerre mondiale, on avait tendance à considérer la Société des Nations comme étant en dehors du domaine ordinaire de la politique étrangère. Les gouvernements continuaient à suivre les mêmes errements, poursuivaient leurs buts individuels par une politique de force et ne comprenaient pas que le monde était entré dans une ère nouvelle. (...) Si nous portons nos regards en arrière sur les années écoulées, nous pouvons retrouver les origines de cette guerre dans des actes d'agression dont nous n'avions pas à l'époque apprécié toute la portée. C'est parce que nous n'avons pas réagi comme il convenait à l'aventure japonaise en Extrême-Orient et aux actes d'agression des chefs fascistes de l'Allemagne et de l'Italie qu'inévitablement nous avons vu s'effondrer le règne du droit et éclater la deuxième guerre mondiale. Au cours des cinq dernières années, l'agression hitlérienne en Europe a fini par jeter dans la lutte des hommes venant de tous les continents et de toutes les îles. Ceci devrait nous faire tous comprendre que l'intérêt de chacun de nous est étroitement lié à celui de l'ensemble du monde et que nous sommes tous, réellement, les membres d'une seule et même famille." Le 18 avril 1946, soit vingt-sept ans après sa création, la Société des Nations est dissoute et remplacée par l'Organisation des Nations Unies.