Lautresite, le jour, 17 avril 03
 

L'observatoire,
c'est là ou
nous recensons,
avant de
les analyser,
les faits
et événements
qui, en Europe, participent des glissements
vers le
populisme.

Un répertoire hebdomadaire

   

France : les noms des "voyous" bientôt affichés dans une mairie de Seine-et-Marne (17/04/03)
Yannick Guillot, le maire de Saint-Ouen-en-Brie (Seine-et-Marne) voudrait publier une liste reprenant les noms des jeunes "fauteurs de trouble" agissant sur sa commune. Il s'agit, selon l'élu, de répondre aux "provocations de quelques adolescents de bonne famille qui jouent aux meneurs et sèment le trouble dans un village tranquille" mais également d'agir contre certains jeunes "qui crachent, insultent les passants ou font hurler leurs scooters trafiqués, de jour comme de nuit". Yannick Guillot a également prévenu qu'il dresserait et rendrait publique, si nécessaire, une liste de ces jeunes reprenant leurs noms, leurs adresses et les trafiques auxquels ils se livrent.

France : il ne fait pas toujours bon être étranger dans les bureaux de la Poste (17/04/03)
Si le règlement interne de la Poste préconise pour toute opération au guichet la présentation d'un document d'identité quelle que soit la nationalité du client, les étrangers se voient de plus en plus souvent réclamer des papiers supplémentaires. Ainsi, à Argenteuil, une jeune Algérienne qui venait retirer un mandat cash s'est vu demander,

  après présentation de son passeport algérien, de fournir un visa valide ou une carte de résidente. En cours de régularisation, elle n'a pu présenter ni l'un ni l'autre. Son argent lui fut donc refusé. À Orléans, la Poste n'a pas daigné, malgré la loi sur l'exclusion de 1998, ouvrir des livrets de dépôts A à des étrangers domiciliés à l'association Asti (association de soutien aux travailleurs immigrés). Un chargé d'étude du Gisti (Groupe d'information et de soutien des immigrés) affirme que ce genre de problème a tendance à se multiplier. Interrogée sur ces cas, la direction de la communication de la Poste a souligné qu'à la suite de fraudes, "des mesures de vigilance un peu plus grandes, notamment en ce qui concerne les opérations financières délicates" avaient été adoptées mais "qu'il ne s'agit pas là d'un problème français-étrangers".

France : les Éditions blanches victimes d'une opération musclée d'Act Up (17/04/03)

Vendredi dernier, les locaux des Éditions blanches ont été saccagés et l'assistante du directeur agressée par des militants parisiens d'Act Up. L'association entendait protester contre la publication, en janvier dernier, du livre d'Erik Rémès intitulé "Serial Fucker, journal d'un barebacker".
  L'ouvrage décrit entre autres "la manière de contaminer quelqu'un à son insu en découpant au rasoir le bout d'un préservatif ou en le perçant de coups d'aiguille". Pour Act Up, le livre de Rémès constitue "un appel à la contamination".

Tchétchénie : ses charniers, ses civils assassinés et torturés (17/04/03)

Le gouvernement tchétchène pro-russe, soutenu par Moscou, vient de rendre public un document qui accable l'action des troupes russes dans la région. Ce document, qui fournit de nombreuses données sur les exactions perpétrées à l'encontre des populations civiles, contredit le discours officiel avancé par Moscou d'une Tchétchénie en voie de pacification. Ce rapport, qui se veut une tentative de bilan officiel des crimes commis contre les civils tchétchènes, dénombre un total de 1314 personnes victimes d'exécutions sommaires durant l'année 2002. Le document révèle également l'abondance des charniers. Des fosses communes, contenant jusqu'à présent 2879 cadavres, auraient été retrouvées dans près de quarante-neuf localités. Il est également fait mention de nombreux actes d' "assassinats", de "tortures" et de "passages à tabac" perpétrés par les soldats russes. Moscou aurait reçu un exemplaire du document fin mars mais n'y a pour le moment pas réagi.