Lautresite, le jour, 8 avril 03




Ils ne se plaignaient de rien ; ni du froid ni de la chaleur ni du manque de sièges, ni des photocopies à 2 francs l'unité, ni de la machine à photos qui ne fonctionnait pas, ni du temps qui passe, qui ne passe pas. Ils se dévisageaient entre eux, entre nous. Je pense aujourd'hui que cette attitude qui, du haut de mes prétentions de jeune étudiante en doctorat m'agaçait, est un procédé fort intelligent d'optimisation : on répond ainsi à l'image du colonisé demandeur d'asile, on répond à l'imaginaire du dominant; pas de vague. Ça va plus vite et de toute façon, on ne change pas ces choses-là, pas comme ça, pas ici. Nous sommes dans une machine infernale, chacun son tour….
J'ai longtemps voulu assister à des recrutements de ces personnels de Préfecture. Ils se ressemblent tous, il doit donc bien y avoir une école, je n'irai pas jusqu'à dire un "courant de pensée" mais quelque chose qui fait que même jeune, même avenant, même beau garçon, les réactions sont toujours les mêmes. Du clonage cérébral avant l'heure ..., je m'égare une fois de plus….
Il m'est arrivé de ressortir au bout de deux heures d'attente et voyant que les numéros ne défilaient pas, il m'est donc arrivé de sortir de cette pièce exiguë pour aller boire un café. Il m'est même arrivé de revenir alors que mon numéro venait d'être appelé.
J'ai dû reprendre un rendez-vous.

(à suivre)