Lautresite, le jour, 8 avril 03

Il est bien connu que la majorité l'emporte et je n'étais pas de ceux-là. J'ai donc fini par partir.
Paris, donc, "Pays des djinns et des fées " comme dirait Taha Hussein
Chambre de bonne. 17ème arrondissement. Parc Monceau. Le changement n'était pas trop brutal. Étudiante en thèse de doctorat.. J'y ai rencontré des gens formidables. Souvent de droite, qui m' ont tendu la main, mais je m'égare…..
Paris, donc, rue Miollis dans le 15ème arrondissement. Étudiants étrangers. Nous sommes là, tôt. Très tôt pour des étudiants. La rue Miollis est perpendiculaire au métro aérien qui longe les beaux quartiers du 15, 16ème arrondissement. Ça nous permet de voir la tour Eiffel. Je ne l'avais pas revue depuis quand déjà ? Fort longtemps.
Prenez un ticket. Oui, il faut d'abord faire la queue pour prendre un ticket. Mais surtout il faut d'abord expliquer à l'accueil ce que l'on veut. Nous sommes plus de 300 dans peu de mètres carrés. On s'en contente. On se serre les uns les autres. Ça nous rassure. On n'est pas tout seul. On refait la queue. Il faut ressortir.
Je revois cette file qui longe tout une rue. Il neige à gros flocons. C'est magique pour moi qui vient d'Alger. C'est magique un moment, mais au bout de deux heures, debout dans une queue qui n'avance pas, ça tourne au cauchemar.
On gigote, on fume, on s'impatiente, on gémit on se parle enfin, mais peu ; on a peur… Nous sommes sous le gouvernement Debré, Pasqua, … ça sent pas bon…
Au bout de 4 heures, on arrive à l'intérieur. C'est la pause. La pause déjeuner, plus que deux guichets sur quatre mais ce n'est plus très grave, il fait chaud ici. Ça me faisait plaisir de voir dans la queue, parmi tous ces basanés, des têtes blondes. Les ressortissants CEE avaient encore à l'époque, quelques formalités à faire.
En quinze années de préfecture de police, je n'ai JAMAIS fait de sans faute. On m'a toujours fait revenir au moins une fois : des photos mal tirées, un extrait de naissance de 3 mois et 2 jours, un des 20 relevés bancaires manquants…. Les plus anciens en avait l'habitude. Ils présentaient des mines soumises, des oui madame à chaque fin de phrase, oui vous avez raison, oui madame, oui.