Lautresite, le jour, 7 avril 03











L'Autriche, la Hongrie, l'Italie, la Suisse : les vagues fascistes condamnent von Horvath à l'errance. Interdit de publier, puis interdit de séjour et bientôt la misère. "Je n'ai rien, sauf ce que j'ai sur le dos, et la valise avec une vieille machine à écrire portative. Je suis écrivain. J'étais jadis un bel espoir, et je ne suis pas encore vieux. Mais, entre-temps, beaucoup de choses ont changé. Nous vivons des temps rapides…". Allons, tout va changer : ce premier juin 1938, von Horvath a rencontré à Paris le réalisateur américain Robert Siodmak qui veut adapter à Hollywood l'une de ses pièces. Dans quelques jours, le dramaturge va s'exiler aux États-Unis. En attendant, après avoir vu Blanche Neige, il regagne à pied son hôtel de la rue Monsieur-le-Prince. Fondu au noir dans le ciel, tempête, quelques branches volent. Une dizaine de blessés et un mort. Un seul : Horvath, crâne fracassé face au théâtre Marigny. Fin de la guerre, années 50 : l'absurde s'invite sur les planches du théâtre. Un hommage ?



T K
La série de Thierry Kübler paraît de façon hebdomadaire.