Lautresite, le jour, 1er avril 03
[
L'armée américaine a fabriqué une bombe si destructrice que sa puissance est comparable au déluge de feu qui anéantit Sodome et Gomorrhe au temps d'Abraham. Cette bombe nouvelle a été surnommée curieusement la "Mère de toutes les bombes", en anglais abrégé : Moab (Mother of all bombs)… Or, la Bible nous apprend que Moab est précisément le nom du fils incestueux qui est né de l'union de Lot (neveu d'Abraham) et de sa fille aînée après la mort tragique de sa mère ensevelie sous le feu de Sodome. Resté veuf après la disparition de son épouse, Lot avait trouvé refuge dans une grotte en compagnie de ses deux filles; désespérant de trouver un mari après la catastrophe qui avait détruit les habitants de la région, celles-ci décidèrent de saouler leur père pour coucher avec lui afin de perpétuer la famille : l'aînée accoucha de Moab ("issu du père"), la cadette accoucha de Ben-Ammi ("fils de mon parent" d'où provient le nom Amman, capitale actuelle de la Jordanie).
Par un singulier retour de l'histoire, nous voyons réapparaître ce nom biblique que l'on croyait à jamais disparu. Plus étranges encore sont les coïncidences qui entourent la naissance de la Moab américaine. Si on établit le parallèle entre Moab biblique et Moab américaine, on s'aperçoit que la deuxième procède du premier par une claire inversion des valeurs : le Moab biblique doit donner une descendance au neveu d'Abraham, la Moab américaine doit détruire la vie dans la patrie d'Abraham; le Moab biblique est né d'un inceste forcé, la Moab américaine est née d'un inceste libre entre la technique et la démocratie; le Moab biblique est né du vertige du vin, la Moab américaine est née du vertige de la puissance; du Moab biblique procèdent les Moabites, païens et adversaires d'Israël, la Moab américaine ouvre la voie aux apôtres armés du messianisme américain censés détruire "l'axe du mal"… Pierre-René Mélon













]

  ...
C’est malheureux.
Mais ce sont eux qui décideront de tes lendemains.
Peut-être que le mois de mars ne reviendra plus.
Tes pieds d’enfant ne pourront plus s’enfoncer dans la neige.
Les traces de guerre ne seront plus effacées dans les écoles après toi.
Les livres parleront de toi.

...
Üzeyir Lokman Çayci, lecteur, traduction de Yakup Yurt