© Monthy Python
Mais non, lorsque l'on s'entête à mettre de la religion dans la politique puis de la politique dans le militaire, on met, en vérité, de la religion partout. Le missile lui-même, à ce compte-là, qui partage avec "messe" et "missionnaire" la même racine, est un envoyé de Dieu. Mais, à ce que je constate d'ici, le doigt de Dieu, Dieu l'a posé sur sa bouche. Tout cela dit à quel point nous connaissions mal les Américains qui connaissent mal les Irakiens. Tony Blair lui-même semble surpris, qui ressemble aujourd'hui à une victime expiatoire, à une hostie, celle que l'on va s'en aller sacrifier sur l'autel des listes noires. Il n'aura pas accès, ou moins qu'il ne l'a cru, aux bénéfices de l'après-guerre. Il appelle donc l'ONU comme on appelle sa mère. Car il est vrai que si les Américains installent la démocratie comme ils distribuent l'aide humanitaire, ce va être un fameux struggle for life. En attendant Blair a fait débarquer son premier navire chargé de vivres et de médicaments. Il s'appelle le "Sir Galahad", lequel Galahad est tout de même le seul des chevaliers de la Table ronde à avoir vu, de ses yeux vu, le Saint Graal.
105