Il est notamment poursuivi pour meurtres, persécutions, exterminations, actes inhumains et transferts forcés contre les populations non serbes de Croatie, de Bosnie-Herzégovine et de Voïvodine dans les années 90. Seselj a plaidé non coupable et devrait tout comme Milosevic se charger lui-même de sa défense.


90