p 86. En ce jour, l'éditorial.
p 88. Lautresuite
En ce jour du mercredi 26 mars 2003. Les nouvelles du front ? Elles viennent d'Anvers, deuxième ville du pays, le Bassora belge. On a raconté ici des histoires de costumes, de cartes de crédit, d'inculpations, de démissions, on eût pu en faire une fable — "la démocratie mise à mal par ses candidats mêmes" — et l'on se serait bien passé de cela, n'est-ce pas, déjà que nous avons à gérer George Bush, Saddam Hussein et les pacifistes. Mais bon, il a fallu que le Conseil municipal d'Anvers soit happé par ce grand vide qui signale les fins de règne. L'on cherche donc, aujourd'hui, une solution de remplacement. Car voilà bien quelque chose d'étrange : lorsque les autorités communales démissionnent, on ne revote pas, on remplace. Et dans la coalition, cela se passe mal. Entre libéraux et socialistes, le feu ne couve plus, il est ouvert. Qui sera le prochain bourgmestre ? Autour de cette question se déchire le voile d'innocence de la démocratie locale. Ce ne serait que péripéties et palinodies — des affaires que l'on dit politiciennes — si ne patientaient en coulisses les gens du Vlaams Blok, les nationalistes extrémistes, déjà majoritaires en voix dans cette ville portuaire et pour lesquels il semble bien que l'on se bouscule autour des marrons et du feu.
86