Hectopascal et Milibar sont sur un bateau...
Nous guetterons les crocus et les tulipes, cela bourgeonne déjà, bien entendu, dans nos jardins enclos. Il y a quelque chose dans l'air, le sentez-vous ? Dans l'air sont notamment les avions qui apportent la peste. L'acronyme SARS (Severe Acute Respiratory Syndrome) nomme une pneumonie atypique et mortelle. D'Asie, ce week-end nous viennent deux nouvelles : la nomination du Chinois Hu Jintao à la présidence, et puis ce SARS, une production locale immédiatement mondialisée, c'est heureux que les Ebola africaines disposent de peu d'aéroports. Bien sûr qu'il est un peu tard, mais la question de savoir s'il faut tailler un peu la clématite et grimper à l'échelle pour sectionner les surgeons nous occupe un moment l'esprit. Mais le chèvrefeuille est déjà venu et allez vous y retrouver dans ces broutilles entortillées : nous nous quittons sur un laisser-faire et que Dieu y reconnaisse les siennes. Alors en pot, tout le monde en pot. Le gel de cet hiver a fendu vasques et jardinières et nous voilà bien. Dans l'ordre des plantations nouvelles, songeons surtout à ne pas oublier l'Azorina, cette petite campanule à belles clochettes pendantes. Elle nous vient des éboulis des Açores. Elle vit fort bien en pot.
43