En ce jour du jeudi 20 fevrier 2003. La chute des idoles musicales devient impressionnante, ces temps-ci. On avait déjà Phil Spector, suspecté de meurtre, on avait aussi Peter Townsend, suspecté de pédophilie, on a maintenant Papa Wemba suspecté de trafic d'êtres humains. Papa Wemba a été arrêté à Paris. Il venait de Bruxelles où il avait donné, samedi dernier, un concert dans le cadre de la semaine africaine organisée par le ministre belge des Affaires étrangères, Louis Michel. Il devait en donner un second ce prochain week-end, devant la reine des Belges. Il y avait là quelque chose d'assez roboratif, que des musiciens viennent ainsi en appui d'une politique internationale de réconciliation. À vrai dire, les ministres des Affaires étrangères se concertent plus souvent autour d'une table ronde qu'au balcon des salles de concert. Cette occasion d'ouvrir le champ de la négociation à l'art et à la culture est désormais forclose, pour des raisons qui tiennent, précisément, à l'usage des relations internationales. Aujourd'hui, l'on dit à Kinshasa : "Si les visites en Europe étaient faciles, les gens n'utiliseraient pas les musiciens. Les ambassades coincent trop les Congolais", ce qui est une manière excellente de résumer le problème.
77