Jeu de Go, la figure du suicide
Si je pense à lui, c'est qu'il a dû être surpris, ce week-end, par la façon dont ont pris fin ces atermoiements. Puisque les États-Unis ont pris le risque de faire exploser l'Europe et les Nations-Unies, trois vieux pays disent cela qu'ils prennent, eux, l'option de faire imploser l'OTAN et de maintenir l'ONU, coûte que coûte. On ne s'attendait pas à cela, n'est-ce pas, de l'Europe de Charlemagne. Se réveiller minoritaire est un rêve de quelque noblesse. Ce veto à l'OTAN concerne la protection de la Turquie, pays allié. Il y a quelques semaines, les Turcs n'avaient pas de meilleur avocat, pour l'entrée dans l'Union européenne, que le ministre belge des Affaires étrangères. Depuis, il y a eu Rumsfeld, la signature des dix-huit, ces articles dans la presse américaine (du genre "seul un imbécile, ou peut-être un Français", du style "ces primates capitulards et toujours en quête de fromages", ça vous fait descendre d'un coup l'échelle du premier amendement), les rapports plagiaires des services secrets et le flacon d'anthrax de Colin Powell. On oublie trop, dans ces affaires, ce qui fait susceptibilité. Car, si tout le monde est ego, certains sont plus ego que d'autres. Ergo, veto.
32