France : Nicolas Sarkozy et la culture du résultat (06/02/03)

Le ministre français de l'Intérieur entend privilégier la culture du résultat et la méritocratie dans sa lutte contre la criminalité. En terme de sécurité, Nicolas Sarkozy, se concentre sur les chiffres qui lui sont transmis chaque mois par ses services. Les départements et commissariats obtenant de bons résultats, en terme quantitatif, sont félicités et pris pour exemples, les autres blâmés. Le capitaine de gendarmerie Jean-Hugues Matelly tire la sonnette d'alarme, dénonçant le risque de manipulation des chiffres de la délinquance. D'autres craignent les dérives pouvant résulter d'une telle approche : "la prime reviendra t-elle au département qui a bidouillé ses chiffres pour les réviser à la baisse ou à celui qui a mis le paquet sur l'investigation et présenté le plus de suspects à la Justice?". Jean Morin, responsable du Snop (syndicat national des officiers de police, majoritaire), avoue, pour sa part, être inquiet des "méthodes de management" du ministre de l'Intérieur "entre carotte et bâton".
France : Sarkozy et le devoir de réserve des forces de l'ordre (06/02/03)

Le capitaine de gendarmerie, Jean-Hugues Matelly, qui s'était entretenu avec Libération, sur les risques de "bidonnage" des chiffres de la délinquance, a été immédiatement rappelé à l'ordre par sa hiérarchie. Il s'est, en effet, vu intimer l'ordre de ne plus entrer en contact avec les médias. Invoquant la liberté d'expression, le capitaine Matelly, a déposé un recours contre cette décision auprès du Conseil d'Etat.

France : le garde des sceaux fait machine arrière dans son projet de loi sur la criminalité (06/02/03)

Le trente et un janvier dernier, devant les bâtonniers, le garde des sceaux, Dominique Perben, a annoncé qu'il renoncerait à son projet de repousser à la trente-sixième heure de garde à vue l'arrivée d'un avocat dans les affaires de grande criminalité. Malgré ce revirement, d'autres dispositions du projet de loi sur la criminalité continuent de susciter de vives critiques des professionnels de la justice.
20