L'observatoire des populismes Européens.
France : le maire de Pont-de-Chéruy ne veut pas d'étrangers sur sa commune (06/02/03)
Le maire UMP de Pont-de-Chéruy (Isère), Alain Tuduri, est accusé de préempter les habitations convoitées par des étrangers. Il s'avère qu'une dizaine de familles immigrées ont été empêchées d'acquérir des logements à cause de préemptions ou de menaces de préemption de la part de la mairie. On peut ainsi citer le cas de Sylvia Akdag, jeune française d'origine turque. Alors qu'elle visitait une maison, en automne 2000, l'employée de l'agence immobilière la questionna sur ses origines, lui indiquant que "Monsieur Tuduri ne veut plus d'immigrés car le quota est atteint depuis longtemps sur la commune". Dans d'autres cas, la mairie a acheté des bâtiments convoités par des étrangers invoquant la nécessité d'y établir, ici la bibliothèque communale, là-bas une maison de quartier. En avril 2000, un couple voulut vendre sa maison à une famille d'origine d'étrangère, le notaire leur conseilla préalablement de voir le maire. Celui-ci manifesta son hostilité affirmant "qu'il ne voulait pas de racaille". SOS Racisme a déposé, en décembre 2000, une plainte pour discrimination. Une information judiciaire a été ouverte.
19