p 12. En ce jour, l'éditorial.
p 14. Lautresuite
En ce jour du mercredi 5 fevrier 2003. Allons vers le progrès et sautons-y à pieds joints. Voilà quelques jours, Bill Gates était dans nos murs, je veux dire à Bruxelles, au palais d'Egmont, belle chose plantée par-dessus le Sablon, si certains connaissent. À l'invitation du gouvernement, il venait présenter un logiciel taillé sur mesure pour endiguer la défaillance belge. Il faut vous dire que de tous les peuples de l'Occident, les Belges sont les plus graves. On vole dans leurs ambassades, à moins que l'on n'y monnaye, visas et passeports, documents officiels, tampons encreurs, etc, tout le trésor de l'administration, ce qui fait désordre, il faut bien le dire, et crée de la béance dans la toile anti-terroriste. Le gouvernement américain ayant tancé (il tient à jour ses listes d'administrateurs médiocres), Bill Gates est venu présenter son logiciel de sécurisation. Cela faisait tout drôle au moins pour trois raisons. Un, parce que l'on n'a pas compris si le vendeur était venu à ses frais ou si l'étiquette commande désormais que le client invite son fournisseur. Deux, parce que Noël Godin, entartreur, fut tenu cette fois à l'écart, ceinturé et embarqué, il n'avait rien fait, et alors ?, il se rassemblait tout seul sur la voie publique et cet homme prend de la place.
12