Paroles de Simon Delyon
Musiaue de René Mercier et Henri Forterre
Et je m'occuperais aussi des putains, des péripatéticiennes, de celles qui marchent. Parce que j'aurais la circulation en horreur, j'empêcherais aussi les demandeurs d'asile de faire la Manche. Après, je recommencerais de m'occuper du salut au drapeau et des chansons qui vont avec. Je serais de la vieille Europe, mais de celle d'en haut, je créerais de la pauvreté pour avoir plus de boulot à combattre les pauvres ; mais le soir, on amènerait le drapeau et tout le monde chanterait. Disons alors que je serais de la vieille Europe, mais de celle d'en bas. Je manifesterais dans les rues pour que les avions continuent de voler la nuit au-dessus des villes parce que le bruit est mon emploi et que je travaille dans le courrier rapide. J'essayerais de sauver mon entreprise de plomb, elle donne du saturnisme aux enfants mais du travail aux parents. Je me défendrais, quoi. Parce que je me choisirais comme eux ils se sont choisis. Mais j'aurais pas peur du tout des bombardements. Parce que ma tête, ça fait un bout de temps qu'elle est pilonnée et que je commence à avoir l'habitude. Alors, qu'est-ce qu'on dit ? On dit Merde.
77