Palais des Nations,
Genève 1920, dessin d'Elzinge
de la SDN est aujourd'hui en position de sauver son héritage. On n'arrive pas bien encore à imaginer ce qui se passerait en cas de faillite de l'ONU. Mais le simple fait que nous la considérions désormais pensable est peut-être déjà le signe d'un renoncement. Que sommes-nous d'accord, exactement, de brader ? Parlons de demain, à présent, parce que les Néerlandais votent. On n'en cause guère ou tard parce que les enjeux seront moins spectaculaires qu'il y a 9 mois : la liste Fortuyn sera laminée et les partis classiques retrouveront influences et positions. Pourtant, cette campagne aurait dû nous intéresser. Son thème principal fut l'immigration. Ce qui a été retenu de l'épisode Fortuyn, c'est cela : les conditions d'obtention durcies pour les permis de séjour, l'obligation de l'apprentissage de la langue, la réduction du nombre de demandeurs d'asile. On ne dit plus, cependant, "problème de l'immigration" mais bien "question de l'intégration". Le sémantique est décidément bien pratique lorsqu'il joue aux oxymorons : une ouverture fermée, une tolérance intransigeante, une solidarité avare, le langage permet cela. Les électeurs aussi. Que sommes-nous d'accord, exactement, de brader ?
62