Parce que Françoise Giroud a aussi fait du cinéma
Ils nous sont plus précieux que jamais. Parce que l'on commence simplement à comprendre qu'ils n'ont pas toujours été âgés et qu'un résistant ou un prisonnier des camps, par exemple, ne sont pas nés avec des cheveux blancs, on prend sa propre mesure, on se cherche des poux sur la tête, on y trouve des vastes éclaircies et l'on ne dira rien des tempes. C'est toujours une surprise d'apercevoir des photos de jeunesse — l'âge de la résistance ou des camps — où vous leur trouvez décidément, à ces anciens, le poil bien long, l'aspect zazou et le costume déjà fatigué. Je pense à Arthur Haulot, là, toujours connu chauve et glabre, il a 88 ans, et son parcours est un héritage : le journalisme écrit puis la radio à ses débuts, le socialisme clandestin, Saint-Gilles, Mauthausen, Dachau, le tourisme social, la poésie, il fut président de Causes Communes, il avait déjà 80 ans, penchez-vous dessus, c'est une merveille. Avant que les bibliothèques ne brûlent, lisons-les. On voudrait ne pas faire trop d'hommages. On voudrait n'avoir pas à saluer sans avoir serré la main d'abord. Arthur aussi, travaille toujours…
58