Guillaume Ier à Seraing avec John Cockerill,
devant l'ancien château des princes-évêques de Liège
On continue avec Arcelor, c'est là dans la division liégeoise que le travail avait fait des morts, le 22 octobre dernier. On est chez les métallos, à Cockerill, on fait dans la masse. Arcelor va sans doute décider de fermer "le chaud" à Liège, les cokeries, les laminoirs, les hauts-fourneaux. Ça fait quoi ? Au bas mot, 2.333 emplois directs et 5.000 en sous-traitance. Arcelor, à la reprise de Cockerill, s'était engagé à investir dans la phase à chaud. Francis Mer, qui en était le pdg de l'époque, avait signé. En se dédisant, Arcelor devrait verser 20.000.000 d'euros. Ça ferait 2.727 euros par tête de licencié, pour parler grossièrement. On ne ne sait pas, sur ce compte, le nombre de discriminés positivement. Ça, c'était pour le social. Ça pèse, le social, mais pas autant que l'international. Le social est grossier quand l'international est vulgaire. Dans ces palinodies, quelque chose échappe. Se sentir citoyen aujourd'hui n'est même plus un métier, mais un défi. Aussi bien, signer la pétition pour André Breton, ce n'est pas tendre vers la dérobade, mais composer avec une nécessité philosophique. La radio parle d'Auschwitz, j'ai fini hier Imre Kertesz, bonsoir.
38