Jour dix-neuf, la Galilée


La Galilée, de "Gal" qui signifie «tas de cailloux », est la région de Palestine… ou d’Israël qui fût le principal théâtre des prédications du Christ.

Selon Flavius Josèphe, historien juif né en 37, "il y a deux Galilée, l'une se nomme la haute, l'autre la basse, et toutes deux sont environnées de la Phénicie et de la Syrie (...) elles sont très peuplées (...) Il n'y a pas seulement quantité de bourgs et de villages, il y a aussi un grand nombre de villes si peuplées que la moindre a plus de quinze mille habitants (...) cultivée et très fertile (...) on y voit en abondance des vignes, des oliviers et des palmiers". La fertilité semble être surtout le fruit des efforts de l'homme qui déplaça générations après générations des cailloux, des tonnes de cailloux.

Si les épisodes se déroulant en Galilée sont peu nombreux dans l'Ancien Testament, la région est nettement plus présente dans le Nouveau Testament, période où le lac de Génésareth (Tibériade), la mer de Galilée, devient le cadre principal du ministère du Christ.

Jésus naît à Béthléem en Judée mais c'est à Nazareth, village de la basse Galilée, cet endroit qu'aucune carte ne connaissait à l'époque, qu'il vécut la majeure partie de son existence.

À trente ans, il part sur les routes annoncer la Bonne Nouvelle, le Règne de Dieu. Il quitte, dès lors, Nazareth pour Capharnaüm, ville située au nord du lac de Génésareth. Cette étendue d'eau constitue, à cette époque, le centre de la vie galiléenne. De nombreuses routes y convergent où circulent marchands et voyageurs Galiléens, Juifs et Grecs.

Capharnaüm, est un centre de pêche. Jésus y rencontre certains de ses disciples, les pêcheurs Jacques et Jean, fils de Zébédée, et les frères Simon (appelé Pierre) et André.

Après Capharnaüm, Jésus s’aventure à Bethsaïde, un autre village de pêcheurs, puis à Chorazin et à Magdala, ville de Marie Madeleine.

Au cours de son périple, Jésus soigne et guérit, est ovationné par les foules et réalise des miracles. La pêche miraculeuse, la multiplication du pain et la transformation de l’eau en vin se déroulent autour de la mer de Galilée.

Dans l’Évangile de Marc, la géographie configure la mission de Jésus en deux grandes étapes : succès en Galilée, conflit et passion à Jérusalem (Judée). Si la Galilée est synonyme de réussite et d’accueil chaleureux, la Judée représente le rejet. Rejet des autorités mais également rejet des disciples.

La Palestine, qui a fait partie, plus tard, de l'Empire Ottoman passe, en 1922, suite aux dispositions de l'article 22 du Pacte de la Société des nations sous mandat britannique. Ce territoire comprend les territoires actuels d'Israël, de la Cisjordanie et de Gaza. Le texte réitère la promesse déjà faite aux juifs par Lord Balfour en 1917, d'un "foyer national pour le peuple juif" en Palestine tout en assurant que "rien ne sera fait qui puisse porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine". Le flou de la déclaration Balfour débouchera bientôt, pour les mandataires, sur une situation intenable. Pris entre les soulèvements nationalistes palestiniens et le terrorisme des groupes extrémistes sionistes, la Grande Bretagne remet son mandat à l'ONU en 1947.

Le 14 mai 1948, Ben Gourion proclame la naissance de l'Etat d'Israël à Tel-Aviv. Le lendemain, débute la première guerre israélo-arabe.

La Galilée, terre juive pour certains, terre palestinienne pour d'autres, terre déchirée pour tous… Décrite dans la Bible comme le pays où coule le lait et le miel, la Terre Sainte ne voit plus, depuis longtemps, couler que du sang et des larmes…