Le Che au Congo
Il y a d'autres tables, dans le monde, autour desquelles l'on discute ces jours-ci. De Pretoria, la nouvelle nous parvient qu'un accord aurait été trouvé aux conflits congolais. Joseph Kabila flanqué de quatre vice-présidents représentant oppositions armée et non armée, des élections dans deux ans, un peu de temps donné au temps. Sur cette question, malgré tout, méfions-nous : nous avons été si souvent déçus. Mais enfin, au moment où nous écrivons, c'est la paix. Il y avait quelque chose de tristement comique à entendre le Président déclarer que cette paix avait été conclue en pensant au peuple. Sur quoi l'on peut supposer que pour ce qui est de la guerre, il ne compte que pour des broutilles, le peuple. Il n'a pas de pain et même pas de brioche. L'ombre tutélaire de ces accords est sud-africaine. Cela aussi est un renversement. Pendant ce temps, à Londres, 320 opposants de tout genre tentent de trouver une issue à l'après Saddam Hussein. Ils vont plus vite que la musique sans connaître toutes les notes. Ils se disputent la peau de l'ours. Eux, ils veulent le pouvoir. Même pas la paix aux hommes de bonne volonté.
57