p46. En ce jour, l'éditorial.
p48. L'observatoire des dérives populistes
En ce jour du vendredi 13 décembre 2002. Des belles histoires sur les demandeurs d'asile, on vous en a déjà racontées. En voici une autre. Cela se passe avant-hier, sur l'aire autoroutière de Jabbeke, haut lieu belge de norias entre camions stoppés, bâches soulevées et cadenas forcés. Depuis plusieurs années, le parking de Jabbeke — l'autoroute, à partir de là, va vers la mer — est une sorte de criée du refuge, on ne publie pas les chiffres globaux des clandestins qui y ont été interpellés, ils doivent être impressionnants. Avant-hier donc, la police fédérale est en opération à Jabbeke. L'hélicoptère qui fait sa ronde dans le ciel est muni d'une caméra infrarouge. Il détecte quelque chose, caché dans un fossé. On s'approche : c'est un chiot Labrador frigorifié, on le prend dans ses bras, on l'adopte, on le baptise. Il s'appellera Beaufort, du nom de code de l'opération de surveillance policière. Beaufort, le petit Labrador, c'est le titre de cette jolie histoire. À part ça ? À part ça, douze illégaux albanais ont aussi été retrouvés dans les fossés de Jabbeke. On ne doute pas qu'ils ont eu froid. Pauvres Albanais aux prénoms inconnus. Dans sa situation, Beaufort aussi avait le choix entre la mort et le refuge, il a reçu l'accueil.
46