La bataille de Kosovopolje 1389
Quel chantier, quelle aventure, quelle histoire, que le retour des autres. Alors, on va dire oui à la Turquie dans l'Europe et, tout aussitôt, on va nuancer. On va dire aussi ceci, que la Turquie est l'homme malade de l'Europe, pas très bien avec les droits de l'homme, n'est-ce pas. La Turquie a aussi du mal avec ses autres, elle ne s'accommode pas plus que nous de son orient. C'est la seule objection qui vaille, à l'aune de ce qui est dit plus haut. Elle est forte, elle est fondamentale. Mais ce n'est pas d'elle dont Giscard parle lorsqu'il salue les mânes d'Isabelle la Catholique, il est d'avant les lumières, il préfère sa mère à Voltaire, il pointe le religieux quand nous disons démocratie. Aujourd'hui à Copenhague, nous parlerons entre chrétiens. Les malentendus, les pressions, les concessions ne seront jamais que des querelles de clochers. Alors, disons le tout net, nous avons besoin de l'autre. Nous sommes de plus en plus nombreux à nous ressembler de plus en plus. Agréons le dissemblant. Et nous verrons bien alors si nous sommes aussi solides que nous le croyons avec l'homme et ses droits. Les seules frontières européennes sont celles des lumières. Là devraient régner les douaniers du sens.
43