p27. En ce jour, l'éditorial.
p29. Lautresuite
En ce jour du lundi 9 décembre 2002. Bon, en Flandre, un séisme récent fait disparaître quelques centaines d'emplois, 957, chez Philips. Philips est cette société multinationale voisine, basée aux Pays-Bas, et Hasselt un pôle technologique "de première importance" selon les instances de la maison-mère. On devrait dire un mot sur ces entreprises — chez Bombardier Manage, en 2000, c'était la même chose — dont les divisions communication, au siège, chantent les louanges : on sait désormais que, également aux mauvais, de bons résultats engendrent des licenciements. On ne dira plus rien, par contre, des chiffres et de la bourse — la bourse ou le travail, il faut choisir —, tout cela est consenti, obligé, presque harmonieux aujourd'hui. Au total, et même si additionner des soustractions reste un exercice périlleux, voilà des gens sans emploi, à porter au compte des moins, donc. L'ouvrier flamand n'est pas moins à plaindre que le wallon mais on ne voit pas que cette indignation ait sauté la frontière linguistique. Ce qui nous frappe aujourd'hui, ce sont les gens de chez Fiat en Italie que "Sua Emittenza", Silvio Berlusconi, appelle aujourd'hui à travailler "au noir" pour
27