Le best-seller de Michael Moore
Mombasa est aujourd'hui interdite de tourisme par tous les ministères des Affaires étrangères de l'espace occidental. Mombasa est une métaphore dangereuse. Elle nous dit qu'un monde ouvert n'est pas forcément un monde tolérant. Borgerhout aussi est une métaphore dangereuse. On hésite aujourd'hui à savoir si le bourreau local, un homme de 66 ans, était ou bien raciste ou bien fou. On nous dirait plutôt qu'il était, depuis bien des années, en état de fragilité mentale. En Belgique comme en France, les fous sociaux sont armés : on aura, par exemple, la mémoire de Nanterre. La police anversoise, que d'aucuns contestent, aura, à tout le moins, échoué là-dessus : à produire un lien entre un type fou et la possession d'armes à feu. C'est à chaque fois la même sérénade: imprévoyance, impéritie, imprévision. On nous parle de très savants systèmes mondiaux de surveillance, mais on ne connaît pas son quartier. On nous parle de sécurité, mais on n'a pas vu "Bowling for Colombine". Un rapport de la CIA de 1990 concluait sur cette sentence : "De toute évidence, le monde reste un endroit dangereux".
130