…Par Genève… Nous sommes le 10 septembre 1898. Elisabeth, impératrice d'Autriche et reine de Hongrie meurt à l'hôtel Beau-Rivage à Genève, poignardée sur le quai du Mont-Blanc par l'anarchiste italien Lucheni qui, deux heures auparavant, pensait encore tuer Henri d'Orléans . Sisi est morte. Elisabeth a été mariée très tôt à François-Joseph et bien sûr, on ne dit pas non à l'empereur. Dès son arrivée à Vienne, elle appelle la Hofburg, "Kerkerburg", le palais-cachot. Elle s'oppose à cette prison et son corps sera son moyen de reprendre possession d'elle-même. L'entretien d'une beauté légendaire deviendra son obsession de chaque instant. Mais elle est aussi hongroise et jouera pour beaucoup dans l'irruption de la Hongrie, province rebelle, comme partenaire à part égale avec la puissante Autriche et dans la naissance de l'empire austro-hongrois. Deux heures avant sa mort, elle signait le livre d'or d'un marchand de musique genevois de "Erzsebet Kyralyné", "la reine Elisabeth" en hongrois. Apprenant sa mort, le vieil empereur François-Joseph murmura : "Rien ne me sera donc épargné sur cette terre". Et rien ne lui sera épargné.
…À Sarajevo. Le 28 juin 1914, l'Archiduc François-Ferdinand, neveu du Kaiser François-Joseph et prince héritier de l'empire austro-hongrois et sa femme Sophie sont assassinés à Sarajevo par un jeune étudiant bosniaque de 18 ans, Gabriel Prinzip. Ce dernier est arrêté et on ne tardera pas à savoir qu'il est le leader d'un groupe extrémiste, "Jeune Bosnie", en rapport avec une mystérieuse organisation secrète serbe, la "Main noire". Il semblerait que l'attentat a résulté d'un dérapage des services secrets serbes qui n'ont pas pu empêcher l'un de leurs propres groupes terroristes de passer à l'action. Les Autrichiens font valoir que l'assassinat a été commandité par Belgrade et Vienne sent enfin que l'occasion d'en finir avec la Serbie est arrivée. C'est le début de l'anéantissement de l'empire austro-hongrois.
En l'espace d'une vingtaine d'années, le mythe autrichien de la mort sera créé et le vingtième siècle entrera dans la modernité.
94