Le dictionnaire du refuge

Michel Gheude
Intégration

Tout ce qui remonte au latin integer relève de la complétude et de l'achèvement. Ses dérivés, le populaire entier et le savant intégral, sont synonymes et proches du sens initial. Intègre n'est pas loin, qui qualifie un homme entier, d'une éthique sans défaut.
L'intégration, c'est donc l'action par laquelle un ensemble inachevé devient complet. Ce que nous dit l'usage politique du mot intégration, c'est que faute d'avoir intégré ses immigrés, la société se sent incomplète, inachevée. Une part d'elle-même lui manque, par quoi elle manque à elle-même.
Poser la question de l'intégration, c'est se demander comment les étrangers peuvent devenir la partie intégrante de la société, celle grâce à laquelle elle pourra combler ce manque et retrouver son intégrité. Dans son célèbre dictionnaire, publié entre 1863 et 1877, Littré n'utilisait encore intégrer que dans son sens mathématique et ignorait donc la forme pronominale, s'intégrer. Or, dans la question qui nous occupe, la différence entre intégrer et s'intégrer est décisive.
66