Elle est toujours là, la guerre de 14-18 - la seule dont le terme donne encore droit, dans mon pays, à un jour chômé. 1914, c'est le début de l'industrialisation de la mort. Avec le colonialisme, la guerre de 14-18 est le tournant de la civilisation, elle ferme le long 19ème en même temps qu'elle ouvre le court 20ème siècle. Elle est toujours là au 21ème, elle nous accompagne sans que nous en doutions. Elle est dans la géographie de l'Europe, elle est dans les armes chimiques, elle est dans les fractures d'entre l'Occident et l'Orient, elle est dans le cynisme du capital. On cherche trop près de nous le diable et les détails. Cette guerre n'a pas cent ans. Elle a pourtant été mise constamment à distance, fournissant matière à l'incompris contemporain. Cette première mondiale n'aura influencé que de façon diagonale l'anti-totalitarisme et l'anti-globalisation. Nous avons un pas à faire vers elle, nous qui l'avons confondue avec les séances de commémoration, les saluts au drapeau et les reliquats du patriotisme. Mettons-nous d'accord de devenir enfin les contemporains de l'histoire des autres. Il n'y a pas d'altérité que dans le présent.
44