Lautresuite 07.11.02 (2). Nous parlions, lundi, du cas de ce couple de Géorgiens enfermés au centre 127bis de Steenokkerzeel avec leur petite fille Kristina de 4 ans seulement. Signalons que ce centre héberge, actuellement, une trentaine d'enfants dont un tiers de mineurs non accompagnés. Si cet enfermement est traumatisant pour les adultes, il l'est d'autant plus pour les enfants qui ne comprennent bien souvent pas ce qu'ils font là.
Ajoutons que ceux-ci ne sont pas scolarisés et ne bénéficient d'aucunes infrastructures propres à leur âge et à leur développement. Les promenades n'ont lieu que deux heures par jours, l'après-midi. Les douches ne sont autorisées que le matin et le soir, il n'est donc pas possible de laver les plus petits durant la journée. Si ces conditions d'enfermement ont été qualifiées, en septembre 1999, de "maltraitance psychologique" par des experts mandatés par le tribunal de Bruxelles, le ministre, pour sa part, continue de penser que si on ne peut séparer les enfants des parents en séjour illégal, il est donc nécessaire d'enfermer toute la famille.
Lautresuite 07.11.02 (3). Plusieurs compagnies de gendarmes mobiles et de CRS ont pris position autour du centre pour réfugiés de Sangatte (Pas-de-Calais). Ce déploiement a pour but d'empêcher l'accès du centre à tous nouveaux arrivants. Rappelons que, le 26 septembre dernier, Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur, et son homologue britannique David Blunkett avaient fixé la fin de l'accueil de nouveaux réfugiés au 15 novembre. L'échéance aurait été avancée d'une dizaine de jours afin, explique-t-on, d'empêcher les passeurs d'accélérer les transits de clandestins. Une nouvelle étape s'ouvre maintenant, celle de l'instruction, au cas par cas, des dossiers des quelques 1800 personnes déjà présentes à Sangatte par les représentants du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR).
42