Jean-Pierre Chrétien a insisté sur le caractère omniprésent, dans la gestion coloniale, de l'obsession raciale : celle-ci plaît aux Blancs et fascine la première génération noire lettrée, gonflant d'orgueil les Tutsi, traités d'Européens à peau noire et frustrant les Hutu, traités de Nègres bantous. Comment un peuple primitif pouvait-il avoir organisé un royaume ? Il fallait qu'il fût d'origine blanche. Les colonisateurs ont donc introduit la racialisation au cœur de la société rwandaise, en lieu et place de catégories sociales. Leur comportement peut être comparé à celui d'un Martien arrivé au xixe siècle faubourg Saint-Germain puis dans les courées de Roubaix, et qui aurait distingué une race de Nordistes abrutis et une race de Parisiens sublimes.
Notons que les Tutsi, supposés reconnaissables à leur physique, sont identifiés grâce à leur carte d'identité, instaurée par les Belges en 1933. Cet autre instrument de la modernité sera leur étoile jaune.

117