p104.  En ce jour, l'éditorial.
p106. Rwanda 1994 (2) par Joël Kotek
En ce jour du jeudi 24 octobre 2002.Tandis qu'hier le Premier ministre Raffarin considérait "équilibré" le projet Sarkozy et que l'opposition hésitait entre une confiante méfiance et une méfiante confiance, on a reparlé du contrat d'intégration. Ces mots d'intégration reviennent. Ils étaient en Belgique, voilà quelques jours. Ils sont aussi en France : le président Chirac à Troyes la semaine dernière, le ministre Fillon aujourd'hui. Ces mots d'intégration dissimulent ceux d'immigration. Un tabou est tombé que l'on n'avait pas vu vaciller. Lorsque François Fillon parle des "nouveaux arrivants légaux", il dit cela que la France, comme l'Allemagne, rouvre le droit à l'immigration. Voilà franchi un cap que la plupart des associations pointaient depuis des années. Et cela dans une France qui n'a pas oublié, pensons-nous, son 21 avril. L'apprentissage de la langue française, l'aide au logement, la formation professionnelle, le tutorat pour l'emploi, la facilitation de la naturalisation : voici en quoi consistera ce "contrat", garanti par un "Haut conseil de l'Intégration" qui sera (ré)installé dès ce soir. On retrouve ici le très classique, très fluctuant et fort mal interprété "droit du sol" dont la France s'était détournée à bien des égards depuis la fin de la Seconde guerre.
104