Arnhem, Pays-bas, juin 2000
© Marina Cox
Maintenant, je vais vous citer quelques noms parce qu'il est important que vous les lisiez avant qu'ils ne s'effacent : Eduard Bomhoff, Herman Heinsbroek, Mat Herben, Ed Maas, Harry Wijnschenk, tous ces gens-là (on ne rigole pas, il y avait parmi eux un vice-Premier ministre, un chef de groupe parlementaire, un ministre des Affaires économiques, un prétendant au leadership du parti, etc..) étaient les meneurs de jeu ce cette "compagnie de chamailleurs qui se dit LPF", comme l'écrit désormais le Volkskrant. Quel changement, n'est-ce pas, en seulement quatre mois : le même journal décrit aujourd'hui le gouvernement Balkenende comme "une erreur de fabrication, un accident du travail, une erreur de la politique à notre désavantage, un lapsus". Un lapsus. Sans doute, mieux, de la dyslexie. C'est ce gouvernement élu dans la confusion et la nervosité qui devra, même démissionnaire, entériner l'élargissement européen de 2004. Il a dit déjà ne pas vouloir de la Pologne, de la Lettonie et de la Slovaquie. Voilà une partie du sort de l'Europe liée à une gestion politique caractérielle et névrosée. Il faut le reconnaître, le populisme aux Pays-Bas, est un échec.
86