p71.  En ce jour, l'éditorial.
p73. Suite de Marc et Norbert, les Gh(u)isoland
En ce jour du lundi 14 octobre 2002. Le ministère français des Affaires étrangères annonce que, désormais, les pétroliers battant pavillon national, naviguant dans des zones à risque, seront escortés par des bâtiments militaires. Le ministère belge des Affaires sociales informe que, désormais, les médecins de garde, se déplaçant de nuit pour des visites à domicile, pourront être accompagnés d'un auxiliaire de sécurité, chauffeur ou collègue. Ces décisions suivent de peu ce qui est "vraisemblablement" un attentat, celui contre le Limburg en mer yéménite, et ce qui reste un crime non élucidé, celui d'une rhumatologue dans la région de Charleroi. Les milliers de kilomètres qui les séparent et les impédances qui les différencient n'empêchent pas que ces deux événements appellent apparemment un type de réponse unanime. Puisque la société ne fait plus société et parce que le risque encouru par un n'est pas jugulé par tous, certains d'entre nous iront bientôt dédoublés, munis d'une sorte de deuxième ombre, suivis de supplétifs - armée ou body-guard - guidant les pas de ceux dont le rôle est utile à la communauté.
71