Lautresuite 11.10. 02 (2). La nouvelle politique danoise en matière d'asile s'est dernièrement axée vers l'aide "aux réfugiés dans les régions de proximité". Il faut entendre par là que le gouvernement privilégiera désormais le soutien aux pays proches de zones de guerre, par exemple, plutôt que d'accueillir des personnes au Danemark même. C'est dans cet ordre d'idée que le ministre des Affaires étrangères, Per Stig Moller,a annoncé la participation d'ONG et d'associations danoises à un large programme de formation et d'apprentissage de métiers manuels, d'une part, et de soutien à des projets favorisant la paix et la réconciliation dans les zones de conflit, d'autre part. Le gouvernement a décidé de doter cette politique de 100 millions de couronnes danoises. Les zones d'implantation de ces programmes seraient la Tanzanie, la Zambie, la Somalie, le Sri Lanka ainsi que les pays des Balkans et l'Afghanistan. Le ministre souhaiterait par ailleurs voir adoptée cette méthodologie par l'ensemble des pays membres de l'Union européenne.
Lautresite 11.10. 02 (3). Certaines associations françaises proches des sans papiers remettent aujourd'hui en cause les grands mouvements d'inscription des clandestins, tels qu'ils ont eu lieu, à l'initiative d'autres ONG, lors de l'occupation de la basilique de Saint-Denis en août dernier, par exemple. Ces inscriptions, souvent confondues avec une régularisation, avaient entraîné la signature et le dépôt de leurs coordonnées d'un grand nombre de sans papiers, dont une grande proportion de Chinois. Ce procédé destiné à sensibiliser les préfectures au sort des demandeurs d'asile et censée prouver l'impossibilité de traiter les dossiers au cas par cas, se révélerait aujourd'hui d'un usage pervers, disent certains des collectifs mettant l'accent sur les possibilités de traçage des personnes ainsi que sur les inévitables déceptions que ces listes entraîneront chez les clandestins.
70