Elargissement

Par Nicolas Levrat

Nul ne saurait contester le processus. Destin historique du continent, impératif de sécurité géopolitique, expansion économique du marché - qui pour le coup devient vraiment grand - tous les arguments semblent se conjuguer pour justifier ce projet. Et pourtant, subsiste quelque part un malaise, une gêne.

Les sondages montrent une significative érosion du soutien des populations des pays candidats à ce processus ; les Lituaniens et les Tchèques favorables à une adhésion à l'Union ne sont même plus une majorité dans leur pays en 2001. Quand le Commissaire européen en charge de l'élargissement évoque, en septembre 2000, la possibilité de soumettre au référendum dans les Etats membres les révisions des Traités nécessaires à chaque élargissement, c'est un tollé de protestations et il doit bien vite affirmer qu'il s'était mal fait comprendre.
Qu'est-ce donc qui ainsi perturbe ce projet pourtant prometteur, comme tous les modèles et tous les responsables l'affirment, tant pour les bénéficiaires de l'élargissement que pour ceux qui le consentent.
Mais au fait, à qui donc profite l'élargissement ?
41