La jouissance de l'impunité produit un accroissement immense de la liberté de mal faire : le soldat en uniforme ou le tyran en majesté peuvent enfin faire à autrui ce qu'autrui n'a pas les moyens de leur faire. Comme les assassiner en toute impunité. Elle rend invisible leur crime à leurs propres yeux, ils l'appellent "mission sacrée de nettoyage". En revanche, le pauvre est comme coupable d'avance. D'ailleurs, la pauvreté trouve son ultime version intime dans une potentielle mise en accusation sans contenu : la " punité ". Alors que le corps du puissant politique - coupable de crimes absolus tant ils sont productifs en quantité et qualité négative de souffrances et de morts -, si bien traité dans une prison démocratique, reste longtemps imprégné de cette atmosphère d'impunité liée à l'exercice du pouvoir, que le temps transforme en un dessin du menton, redressé, en signe de morgue.
L'impunité produit une accentuation vertigineuse des inégalités ordinaires. Exemple en France actuellement, on saisit au collet un fumeur de joint, on arrête sans sommation un historien italien rangé après une jeunesse rebelle pour le livrer aux geôles rétrogrades qui
l'attendent, et on relâche un vieux prisonnier ancien haut cadre de l'État, vieux barbon gaillard, sans regrets ni remords pour toutes ces vies qu'il a aidé à exterminer.
Le rêve de justice est un rêve poignant qui ne relève pas que de l'éthique, mais s'ancre tout au fond dans la nécessité de survivre. L'injustice faite à autrui, son fait même, ouvre un possible qui peut aussi s'abattre sur moi, risque dont je peux me garantir soit en enfonçant plus encore la victime dans sa différence d'avec moi, soit en la défendant comme je voudrais que l'on me défende à sa place, et non pas comme je le ferais moi-même. Car c'est l'intérêt pour la survie, elle même mise en péril par l'injustice commise à autrui, qui fonde l'urgence du droit. La blessure qu'ouvre chez les témoins - et pas seulement les victimes - le spectacle d'impunité des grands criminels puissants politiques, n'est pas qu'une affaire de morale humanitaire, car elle fait naître l'utopie nécessaire de l'idée de justice. Un monde où le voleur de yaourt est saisi au collet pendant que le faiseur de génocide voit le tapis rouge se dérouler sous ses pieds n'est pas habitable.
10