Tribunal correctionnel d'Aix en Provence 1997.
premier propose, en soi, une inquiétude renouvelée sur la capacité de se souvenir en politique. On l'a déjà vu lors de la guerre du Kosovo, par exemple, la mémoire longue - celle des vieilles personnes qui se souviennent des chansons de leur enfance mais pas de ce qu'elles ont mangé la veille - semble l'emporter sur les souvenirs du récent, sur ce qui nous occupe sur le moment, sur ce qui fait notre actualité, sur le temps court. Aussi bien, au Kosovo, se rappelait-on plus aisément les bombardements américains du Vietnam que du siège de Sarajevo ou des massacres de Srebrenica. Dans le zapping mnémonique auquel nous semblons nous livrer sur l'instant, les événements se compilent sans faire obligatoirement sens. Les électeurs de Vitrolles qui choisissent Mégret, par exemple, le font-ils au défi ou en dépit de l'attentat contre Chirac, venu des rangs mêmes du parti ? Ou plus simplement ont-ils perdu les fils d'intellection qui relieraient une chose à une autre ? Ou bien pensent-ils même que cela ne fait tout bonnement pas rapport ? Ces questions ne pourront être levées par un score républicain avantageux dimanche prochain. Au risque d'une nouvelle négation du présent.
8