<title>content
p7.  En ce jour, l'éditorial.
p9.  La chronique de Véronique
p11.  Lautresuite
En ce jour du mercredi 2 octobre 2002. Je voulais parler un peu des Mégret à Vitrolles, parler d'octobre et d'avril, parler un peu de la mémoire en politique, et me souvenir de ce que disait Thierry Kubler vendredi dernier dans ces mêmes pages : " Autour de moi (à Paris, ndlr), au bistrot, au boulot, on (et je) continue à se bouffer le nez en analysant là où on a déconné, en se reprochant nos erreurs. On (et je) continue à se demander comment se rassembler efficacement". Mettons qu'il n'y a pas de bistrots à Vitrolles : la maire sortante, maire indigne, est arrivée en tête au premier tour, dimanche dernier, avec 36,73% autant dire 37. C'est quelque chose que ce score. On dira que le plein des voix a été fait et que le deuxième tour sera, pour son seul adversaire socialiste, une formalité. On dira ça. J'en entends déjà qui le disent. Mais bon, tout de même, 36,73%, autant dire 37, ce n'est pas rien. Une gestion municipale calamiteuse, des procès perdus, un attentat le 14 juillet, une mort politique en avril, un parti en capilotade, tout cela fait fumée dans l'urne. Aussi bien, plutôt que nous plier à l'exercice obligatoire de soupeser ici les chances des uns et des autres au second tour, disons que le résultat du
7