Les chroniques de Véronique
Jeunes (25.09.02). " La tendance des adolescents à la violence collective représente aujourd'hui un réel danger… ".Quand cette phrase fut-elle écrite? En mai 1964, par Winnicot dans un article pour le New Society (paru le 28 mai 1964). Il cite Shakespeare de mémoire: " Je voudrais qu'il n'y ait pas d'âge entre 16 ans (10 ans, en fait : Winnicot cite de mémoire) et 23 ans, ou alors que la jeunesse passe son temps à dormir: entre les deux, fait-elle autre chose qu'engrosser les filles, manquer de respect aux vieillards, voler et se bagarrer ? C'est dans le "Le Conte d'Hiver ".
Ils ne veulent pas dormir! Le registre de leurs bêtises est prévisible : incivilité, violences sexuelles peut-être et violences non sexuelles. L'historien Jean-Jacques Yvorel qui travaille sur la délinquance au XIXè siècle a souvent mentionné ces opinions alarmées en face de la " violence des jeunes ":" c'est la faute aux feuilletons dans les journaux "! On peut retrouver dans l'histoire toute une généalogie de textes qui lient " violence des jeunes ", perte des vraies valeurs, menaces planant sur la société, décadence et sauvagerie.
118