Palais de Justice, Bruxelles
Si on veut bien regarder, cependant, ce que tout ceci signifie en chiffres, on constatera que le nombre de places de détention en IPPJ est de 60 en Flandre et de 50 en partie francophone. On ne parle donc pas d'autre chose que de deux autobus. En termes statistiques, une tempête et un verre d'eau. En matière symbolique, quelque chose de l'ordre de l'effet "papillon" : le mineur qui a, samedi dernier, frappé et volé un pharmacien peut tout aussi bien déclencher l'intrusion de techniques populistes dans la vie politique fédérale. Nous voilà donc avec un nouveau pays, dans l'Union, où la question des mineurs devient première. Ce que "la vie fait de nos bébés" est pourtant une affaire suffisamment partagée pour s'éviter le passage obligatoire par la case extrême droite. On peut se demander si les magistrats, qui semblent jouer habilement avec les dissensions communautaires dans cette histoire, n'ont pas décidé tous seuls de commencer à polluer la campagne électorale.
95